Diabète, nutrition et activité sportive

Diabète, nutrition et activité sportive

Le 14 novembre a lieu la journée mondiale du diabète.

L’objectif de cette journée est une mobilisation collective afin de mieux connaître le diabète, sa prise en charge et surtout les moyens de le prévenir.

Rencontre avec Sylvie Paquet, diététicienne et chargée de direction à la Maison du Diabète basée à Luxembourg. Cela fait 40 ans que l’Association Luxembourgeoise du Diabète A.s.b.l. oeuvre sur le territoire. La structure de la Maison du Diabète est un service qui a été mis sur pied par l’Association et qui fonctionne sous agrément avec le Ministère de la Santé depuis 2003. Elle offre des conseils personnalisés pour les personnes diabétiques : ce n’est pas un service médical mais une structure d’accompagnement et d’informations.

L’alimentation de la personne diabétique

L’alimentation de la personne diabétique

L’alimentation de la personne diabétique est censée être une alimentation saine (comme pour tout le monde finalement). Il ne faut pas oublier que c’est une maladie chronique qui ne disparaîtra pas et avec laquelle il faut composer au quotidien.

Comme le souligne Sylvie Paquet : « Il n’y a pas de règle fixe ou une alimentation type pour les personnes atteintes de diabète. C’est plutôt une adaptation éventuelle de l’alimentation de la personne concernée qui est à faire, selon son état, son mode de vie et ce qu’elle aime. Il n’y a pas de règle universelle, car avec cette maladie, c’est vraiment du cas par cas. Si l’on s’adresse à la majorité des personnes diabétiques, qui sont de type 2, nous sommes souvent confrontés à une population qui a des problèmes de surpoids : dans ce cas, la gestion du poids va être le but principal de la prise en charge alimentaire. En plus, ces personnes sont fortement à risque d’avoir des problèmes cardiovasculaires importants. »

Les règles de base restent les mêmes que celles d’une alimentation équilibrée et saine. C’est-à-dire :

  • Les 5 portions de légumes et fruits conseillés.
  • Diminution de l’apport en protéines animales (surtout les viandes rouges et les graisses animales).
  • Augmentation des protéines d’origine végétale.
  • Utiliser de préférence des produits à base de farine complète (pour les pâtes, le riz, le pain). L’apport nutritionnel et l’apport en fibres est plus intéressant et favorise tout le métabolisme.
  • Il n’est pas question d’éliminer tout ce qui est sucré. C’est plus une question de quantités.
  • Par contre, il est fortement conseillé d’éviter les boissons sucrées (mais cela vaut pour tout le monde). Il est certain que les apports élevés en sucre perturbent le diabète, sauf dans les cas d’hypoglycémie où il faut justement apporter du sucre.
  • Les produits à base d’édulcorants peuvent être utilisés parfois dans certains cas, pour se faire plaisir. En cas d’envie, ce sont donc les sodas allégés qui sont à privilégier (Light, Zéro), mais toujours de façon épisodique et en petites quantités.

Nutri-Score et étiquettes

Dans le cadre de la loi Santé, le gouvernement français a recommandé la mise en place d’une information nutritionnelle claire, visible et facile à comprendre pour tous : le Nutri-Score. L’objectif est d’améliorer l’information nutritionnelle figurant sur les produits et ainsi aider le consommateur à acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle. Pour un même produit, si nous avons le choix entre un Nutri-Score A et un C-D ou E, le choix sera évidemment le A (le plus favorable sur le plan nutritionnel).

Sylvie Paquet trouve le concept du Nutri-Score très intéressant, mais de son côté elle dit que : « Nous essayons d’apprendre aux gens à lire les étiquettes et à s’y retrouver, même si ce n’est pas toujours évident. Il faut du temps, des connaissances et une loupe… Mais il est très important de décrypter les informations essentielles à notre bonne santé. Pour les personnes diabétiques, il est important de savoir reconnaître les aliments les plus indiqués, selon leur type de diabète, les autres risques de pathologies et leur type de traitement. Se fier uniquement au Nutri-Score peut être dangereux, on peut avoir tendance à croire qu’un aliment avec un score A (ou vert) peut être consommé à volonté, puisqu’il est sain, mais il ne convient pas nécessairement à tout le monde.» 

Notez qu’il existe certaines applications très bien faites et très instructives qui permettent de scanner les codes-barres des produits et qui analysent la composition (les protéines, les calories, les graisses saturées, le sucre, le sel et les additifs).

L’activité physique est un médicament

L’activité physique est importante pour avoir une vie saine et durable. Le sport augmente notre espérance de vie en bonne santé, certainement plus que la majorité des médicaments. C’est pareil pour les personnes diabétiques, car le diabète et le sport sont parfaitement compatibles. Comme le dit Sylvie Paquet : « L’activité physique améliore l’évolution d’un diabète, surtout quand elle est combinée à une bonne alimentation. En effet, une activité physique régulière contribue à favoriser l’assimilation et la consommation des glucides (cela va donc diminuer l’augmentation de la glycémie), elle favorise la stabilisation du poids et selon l’intensité, elle va puiser dans les réserves de graisse. Cela a également un effet positif sur la tension artérielle et le coeur. C’est un vrai soutien du métabolisme. Mais pour les diabétiques de type 1, le sport peut avoir un effet perturbateur, car il faut apprendre à bien gérer sa glycémie. » L’activité physique et l’alimentation sont vraiment les deux clés de voûte pour la santé. 

De nombreuses personnes diabétiques deviennent des patients experts, car elles connaissent leur pathologie, les traitements et les solutions à adopter au quotidien : c’est vraiment une maladie qu’il faut apprivoiser pour bien la gérer.

La marche de solidarité de 10 000 pas contre le diabète

Dans le cadre de la journée mondiale du diabète, l’Association du Diabète organise depuis quelques années une marche de solidarité de 10 000 pas contre le diabète en collaboration avec la Fédération de la marche populaire, pour montrer l’importance de l’activité physique dans la prévention et la prise en charge du diabète. Sylvie Paquet précise : « Il faut savoir que l’impact du sport est parfois plus important que l’alimentation.»  Cette année la marche a été organisée le samedi 9 novembre à Linger.

Association Luxembourgeoise du Diabète A.s.b.l. - 143, rue de Mühlenbach - L-2168 Luxembourg - www.ald.lu - Tél : +352 48 53 61

Source de l'article

Letz be healthy du mois de Novembre

Auteur : Sandrine Stauner-Jacques

© letzbehealthy.lu